Clémentine Séverin

Un site utilisant unblog.fr

 

Une histoire vraie. Une correspondance vraie.

  •  http://camillelaugenie.eklablog.com/
  • Par kamille37 dans Accueil le 25 Mars 2018 à 03:19

     Kamille Laugénie 

    Cher Monsieur,

    Je fais des recherches dans mes fichiers pour mon roman sur l’Église où je redonne à Dieu ce qui lui appartient et je redonne aux êtres humains, ce qui leur appartient. Alors, vous écrire m’encourage à poursuivre ce roman très difficile à écrire. Mais vous pouvez toujours cliquer pour supprimer ce message ainsi que les autres. Cela ne me fera rien puisque nous ne nous connaissons pas. Toutefois, je suppose que vous n’allez pas supprimer le message sans le lire. Alors, je vous invite à lire  ce que j’avais écrit  sur un blog. C’était ma lettre du soir. Je parlais à votre confrère. Il me disait qu’il ne lisait jamais ce que j’écrivais sur ce blog. Comment douter ? Je doutais de la véracité de ses paroles, car à chaque fois qu’il lisait mes articles, il n’hésitait pas à en faire allusion et à me donner ce qu’il appelait un carton rouge. Peut-être m’en avait- t-il beaucoup donné sans que je m’en aperçoive  ! Devoir le quitter sans lui dire au revoir. Devoir le quitter en se disant, si j’y reviens, je meurs ! Devoir le quitter en se disant « : vaut mieux crever que d’y revenir » ! Devoir le quitter pour échapper à une colère terrifiante de sa part sans que cela ne soit justifié ! Et  terminer les rencontres dans une telle violence ! Toute cela me fait dire qu’il  m’a foutue à la porte, soyons clair  ! Mais là, je ne fais qu’allusion à un carton rouge. C’était après deux ans après le  procès avec l’Inspection Académique. Un procès que j’avais gagné. Ce fait  avait beaucoup déplu à ce psychiatre et à mon médecin traitant. D’ailleurs en vous écrivant, je me dis que leur réaction était bizarre. Ils ne devaient pas s’impliquer de la sorte dans une histoire qui ne les regardait pas. En tous les cas, je sais qu’ils ne m’avaient pas aidée,  ni l’un et ni l’autre. C’était une façon certainement de me donner un carton rouge.

     » Je ne devrais pas vous écrire puisque vous ne m’écrivez jamais, et vous n’aimez pas que j’écrive. Je ne vous enverrai jamais mes lettres. Vous m’écrivez seulement les codes de la grille de la résidence blanche aussi blanche que les nuages de ce jour. Vous avez écrit les numéros des codes de la résidence en rouge, cette fois-ci, sur votre carte professionnelle. Pourquoi les avoir écrits en rouge ? Est-ce pour ne pas que j’oublie les codes et que je les vois bien. Que je n’oublie pas d’entrer dans la résidence pour venir à mon rendez-vous ? Avez-vous peur que je ne vienne pas ? Et si je ne venais pas, aurais-je un carton rouge comme les footballeurs dans les matchs que je ne regarde jamais ? Est-ce un carton rouge que vous m’avez remis, comme le précisez souvent  ? Pourquoi cette carte écrite en rouge ? Il paraît que le rouge exprime l’agressivité. C’est la psychanalyste de Marie J. qui le lui a dit et Marie J. me l’a répété. Bien entendu, cette définition, si cela en est une, est entrée dans mes oreilles et elle s’est installée dans mon esprit pour que je puisse chercher des exemples à  cette expression ou pour que j’en comprenne le sens. Et vous pourquoi  m’avez remis cette carte écrite au stylo rouge ?  Seriez-vous agressif parfois ? Pourquoi cette réflexion ?  Il y a longtemps. Presque longtemps ? »

     

    Peut-être me demanderiez-vous pourquoi la thérapie a t-elle duré des années ? Je ne pouvais pas le « quitter ». C’est lui qui devait me dire que c’était terminé. Et il ne m’a pas dit que c’était terminé. Il m’a éjectée. Il m’avait engueulée parce que je lui évoquais un livre que j’avais écrit. Et monsieur s’est mis en colère parce qu’il ne supportait pas que j’écrive… bof ! Mais Dieu s’était substitué à lui du début jusqu’à la fin. Aujourd’hui ou depuis deux ans, c’est Dieu que je retrouve dans l’église et ailleurs aussi. Lui seul maintenant.  Je me dis que je dois sauver ma famille. Et l’église est ma seule solution, la dernière solution. Jr pense cela parce que le  Le don que ma mère m’avait transmis  est en lien avec Dieu. Ce lien  repose sur la famille entière. Je ne dois pas perdre ce don, alors je dois aller à l’église, là où je ressens la présence divine.  Je ne peux pas la perdre. Il y a une fusion entre cette présence divine et moi, dans l’église. Et depuis que je ressens cette fusion, alors je peux écrire de la poésie et continuer à écrire des récits. .  En me laissant vous écrire, vous participez  à  la rédaction de mes prochains récits. Vous y participez, sans le vouloir. Savez- pourquoi les gens deviennent fous quand je leur écris et qu’ils retournent mes écrits contre moi ? Je crois qu’ils ont un problème avec l’enfant en eux. C’est l’enfant en soi qui écrit et qui se cache dans l’adulte. C’est cet enfant qui est en lien avec Dieu aussi. Enfin, c’est ce que je pense, ce soir. Savez-vous pourquoi je ne dénonce que des médecins, des psys etc s ? Nous pouvons toujours penser que d’autres qui nous ont autant blessés, ne l’ont pas fait exprès, même si l’on a la preuve qu’ils l’ont fait exprès puisqu’il y a toujours une raison. Mais l’on peut penser qu’ils ne l’ont pas fait exprès. Tandis qu’un psy quand il blesse ou qu’il a mené une thérapie déviante avec un patient, l’a toujours fait exprès. Donc il s’agit d’un paradoxe fondamental, et je dénonce les paradoxes de ce genre. je les dénonce pour les comprendre. Pour les autres personnes, je me dis, que c’est plus grave pour eux que pour ceux qu’ils ont blessés. Alors, je ne dénonce pas, car ils doivent souffrir. Mais j’aimerais comprendre leur souffrance intérieure. Du moins, je crois ». 

    Je vous souhaite une agréable soirée ». 

    Kamille Laugénie

  •  

Dans : Non classé
Par clementineseverin
Le 25 mars 2018
A 20 h 02 min
Commentaires : 0
 
 
 

Lovelybook |
Snake of Sadness |
Badbrain |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Oceiraconte
| L'évasion par les livres
| Booksmadness